Sur la condition d'enseignant vacataire à l'université

sam 07/12/2013 - 15:14

Deniz, Eric,

... 15 ans plus tard que peut-on retrancher de l'article - en PJ - écrit par deux collègues nantais ?

  • >"[Les chargés d'enseignement vacataires : les paradoxes d'un
  • statut perverti->http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/genes_1155-3219_1998_num_30_1_1502]" In: Genèses, 30, 1998. pp. 146-156.

    Cordialement.

    gérald Houdeville

  • ---- Mail original -----
De: "eric vauthelin" À: sociologuesdelenseignementsuperieur@googlegroups.com Envoyé: Lundi 2 Décembre 2013 20:09:23 Objet: Re: Liste ASES:3397 condition des enseignants vacataires à l'Université

Bonsoir,

J'ai été confronté au même problème lors de ma première année de thèse où j'ai effectué des vacations, en attendant de trouver un financement. J'ai fini par saisir les syndicats étudiants. Ils ont effectué un recours auprès de la présidence de mon université. J'ai été payé plus de six mois après la fin de mes services. Il faut savoir que cette démarche est risquée.

Bien cordialement,

Eric Vauthelin doctorant en sociologie Université de Franche-Comté

Le 2 décembre 2013 19:57, eric vauthelin a écrit :

Bonsoir,

Votre problème je le connais bien puisque j'ai été confronté à la même situation lors de m

Le 2 décembre 2013 12:53, deniz günce demirhisar a écrit :

Chers collègues,

Je me permets de m'adresser à vous concernant la condition des enseignants vacataires à l'UPEC (Université Paris-Est Créteil).

J'y a i été recrutée comme chargée de TD vacataire en sociologie pour assurer un enseignement en L2 ETF en 2012-2013 pour les deux semestres. J'ai fini mes cours fin avril et rendu les notes.

A ce jour, je n'ai toujours pas reçu ma rémunération correspondant à un travail effectué en février-avril 2013. J'ai attendu jusqu'à la fin du mois de novembre pour voir si la mise en paiement serait effectuée in extremis.

J'attends donc depuis plus de six mois le paiement d'une somme assez modique qui est pourtant importante pour une doctorante en fin de thèse.

Je voudrais donc attirer votre attention sur cette précarité qui pèse sur nos conditions de vie et de recherche et d'étude...

Donc, ne sachant pas à qui m'adresser, j e pense me mettre en contact avec les syndicats et les associations professionnelles d'a utant plus que les mails que j'ai envoyés aux secrétariats et au service financier de l'UPEC n'ont pas été considérés dignes de réponse.

Je suis donc intéressée par toutes les pistes de recours que vous me conseillerez puisqu'il s'agit d'une situation très diffuse dans le monde universitaire français.

D'avance, merci.

Cordialement,

Deniz Günce Demirhisar

Doctorante à l'EHESS/CADIS http://cadis.ehess.fr/index.php?586